Notre vision


flower girl dresses 

Notre vision ? Créer un monde meilleur pour notre génération et  les générations futures !

 

Imaginez un monde dans lequel l’industrie et ses usines sont aussi utiles et sans déchets qu’un cerisier en pleine floraison. Un monde, dans lequel les constructions – à l’instar des arbres – utilisent l’énergie du soleil, produisent des nutriments et de l’oxygène, offrent un espace de vie pour d’autres créatures, filtrent l’eau et purifient l’air. Un monde sans déchets ni pollution, où seuls des produits qui bénéficient à l’humanité et à l’environnement sont fabriqués. Un monde dans lequel les produits sont, après usage, soit compostés soit maintenus dans des cycles techniques pour être indéfiniment  métamorphosés en d’autres produits pour mieux préserver l’héritage des générations futures. Un monde dans lequel les humains, heureux d’avoir un impact bénéfique, sont libérés des contraintes qui leur sont imposées au nom de la sauvegarde de l’environnement. Un monde qui réconcilie l’Homme avec la Nature, l’économie avec l’écologie, c’est cela la promesse de l’économie circulaire et du du Cradle to Cradle. Et c’est déjà possible ! Aujourd’hui plus de 1000 produits de 200 entreprises sont certifiés dans le monde et des états comme la Hollande ou la Californie déploient le C2C à grande échelle. Si vous êtes une une entreprise ou une collectivité et que vous êtes inspirée par la philosophie Cradle to Cradle, alors n’hésitez pas. La génération C2C a besoin de vous !

(activez les sous-titres en français)

L'économie circulaire : une question de bon sens

Capture d’écran 2014-01-03 à 18.45.24 Capture d’écran 2014-01-03 à 18.45.44 Capture d’écran 2014-01-03 à 18.46.34 C’est aussi une question de santé publique si l’on prend en compte la non-toxicité des matériaux et les aspects sociaux comme le propose le Cradle to Cradle.

Les principes d'éco-conception Cradle to Cradle appliqués aux produits

impact

Il ne s’agit pas de réduire son impact mais d’avoir un impact positif !

1) Déchet = nourriture

Le développement de chaque organisme élémentaire dans un système vivant contribue à la santé et au bien de l’ensemble. Les feuilles d’un arbre, par exemple, ses « déchets », tombent au sol quand elles fanent et deviennent des nutriments pour les autres organismes. Les microbes se nourrissent de ce « déchet » organique et redonnent ainsi à la terre de précieux nutriments qui profitent à l’arbre. De cette manière, les « déchets » d’un organisme deviennent les nutriments d’un autre organisme. Les projets que font les humains pour tenter de reproduire ce cycle de nutriment – cycles dans lesquels les déchets n’existent plus – forment le socle des systèmes de flux de matériaux, et représentent les éléments fondamentaux de la méthode de production Cradle to Cradle. Il existe 2 types de cycles :

  • Le cycle biologique

Chaussure_Cycle bio

Exemple de la chaussure biodégradable PUMA

  • Le cycle technique

Blouson_Cycle tech

Exemple de la veste PUMA indéfiniment recyclable

2) Utiliser le bénéfice naturel du soleil

La première révolution industrielle a obtenu son énergie en puisant majoritairement dans les réservoirs du passé. Ces énergies fossiles ont été créées il y a des millions d’années. L’énergie nucléaire met une très grosse pression et de très dangereuses responsabilités sur les épaules de nombreuses générations à venir. Les systèmes qui fonctionnent grâce à l’énergie solaire sont des systèmes qui utilisent l’énergie d’aujourd’hui, sans pour autant mettre en péril le futur de nos enfants et de leurs enfants. Il est certain que la technologie a maintenant bien plus la capacité à intégrer, de manière profitable, l’utilisation et la dépendance à l’énergie solaire dans la conception des systèmes de production. Capter directement l’énergie solaire est une possibilité. L’énergie éolienne, qui résulte elle aussi de l’action du soleil dans l’atmosphère (création de différences thermiques), est une source supplémentaire. La biomasse et d’autres sources d’énergie constituent aussi des possibles acceptables.

3) Célébrer la diversité

Les systèmes naturels fonctionnent et prospèrent à travers la complexité. Comparée aux solutions standard de la révolution industrielle et à l’uniformité tellement prisée par la globalisation, la nature encourage une abondance de variété et de diversité presque infinie. La manière dont nous procédons pour manufacturer des produits doit être calquée sur ce modèle, avec le même génie pour la diversité et la variété.

Les principes Cradle to Cradle appliqués aux territoires d'activités

Cradle to Cradle : le moteur de la nouvelle économie circulaire à impact positif Capture d’écran 2016-02-20 à 21.56.47

L’approche systémique du C2C est source d’abondance pour les acteurs du territoire

Les principes C2C sont applicables aux territoires et visent à créer des zones de développement économiques à impact positif, déclinées au sein de parcs d’activités mais également au sein des territoires qui les accueillent en développant de réels partenariats entre tous les acteurs locaux. Sans titre

L’exemple du Park 2020

Le Park 2020 est le premier environnement de travail aux Pays-Bas qui s’appuie complètement sur les services Cradle to Cradle (C2C). Ce parc d’activité présente un équilibre unique entre durabilité et l’approche de conception C2C centrée sur l’homme, pour réaliser l’environnement de travail le plus propre, le plus inspirant et le plus productif possible. L’éco-conception est assurée par la mise en œuvre de la philosophie Cradle to Cradle tel que présenté par l’architecte américain William McDonough et le chimiste allemand Michael Braungart. C2C s’efforce de créer des cycles fermés pour les matériaux, l’énergie, les déchets et l’eau. En adoptant une approche de conception centrée sur l’homme tous les aspects du Park 20|20 vise à dynamiser et responsabiliser les collaborateurs à travers une architecture ergonomique et des techniques inspirantes, un aménagement intégré et un haut niveau de confort et de services nécessaires pour permettre la combinaison harmonieuse entre vie professionnelle et  vie privée. Les recherches continuent pour s’assurer que de nouvelles mesures se traduiront par une productivité accrue. Le Park 2020 va changer et améliorer radicalement la manière dont les organisations et les individus vont collaborer afin de répondre aux besoins de productivité des uns, et de confort et bien-être des autres, tout en ayant un impact positif sur la santé, l’environnement et les économies.

Foire Aux Questions

Quelle différence entre Cradle to Cradle (C2C) et le Développement Durable ?

C2C est une philosophie d’éco-conception qui suggère que l’espèce humaine et ses activités ne sont pas un problème pour la nature mais, au contraire, qu’il est possible d’avoir une empreinte positive sur la santé et l’environnement à condition de caler le système de production et de consommation sur le modèle naturel selon lequel :

  • Déchet = nourriture (tout est nutriment, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »),
  • Utiliser l’énergie solaire,
  • Célébrer la diversité.

C’est donc une approche déculpabilisante et positive qui donne un contexte et une perspective à l’analyse de cycle de vie. Il ne s’agit plus de réduire, minimiser son empreinte, sa consommation, … comme on l’entend souvent quand on parle de développement durable, mais de changer de direction en transformant notre système progressivement depuis l’intérieur. Il ne s’agit pas de gérer la décroissance mais de gérer une nouvelle forme de croissance qui intègre, dès l’amont, l’intérêt des générations futures.

Les produits Cradle to Cradle sont-ils plus chers ?

C2C : Économie circulaire et de fonctionnalité

En DD, la dimension économique est souvent absente, ce qui ne motive pas l’industriel  à faire plus que le minimum requis. Avec C2C, on va identifier des cycles au niveau des flux de matière, de l’énergie et de l’eau, et identifier des équations économiques où le coût d’investissement pour créer le cycle est inférieur ou égal à la somme des coûts amont et aval. Par exemple, le déchet étant conçu pour servir de matière première après usage, le déchet prend de la valeur et devient un gisement bon marché que l’industriel va vouloir réutiliser jusqu’à incentiver/sensibiliser son client pour récupérer cette ressource. En quelque sorte, le produit (ou du moins les nutriments qui le constituent) reste la propriété de l’industriel; c’est l’économie de service ou de fonctionnalité.

Le C2C n’est-il pas qu’une mode passagère ?

C2C : De l’utopie à la réalité

Aujourd’hui près de 200 produits sont certifiés C2C. Cela signifie qu’ils respectent cinq critères : non toxicité, réutilisabilité, énergie renouvelable, respect de l’eau, respect des règles sociales. Différents niveaux de certificats (argent, bronze, platine) permettent de tendre progressivement vers une version optimale du produit. Les certifications sont aujourd’hui prononcées, en Europe, par le laboratoire allemand EPEA (créé par le chimiste allemand Michael Braungart co-fondateur de la philosophie C2C) dont Integral Vision est le représentant en France, et MBDC (créé par M. Braungart et l’éco-architecte américain Bill McDonough, l’autre co-fondateur de C2C) pour les US.

Le C2C a t-il du succès en France ?

C2C : Ca existe donc c’est possible

Plusieurs projets ambitieux sont en cours. La réponse n’est pas aussi explosive qu’en Hollande où des villes entières sont en train de devenir C2C (ex : Venlo, près de Maastricht) mais elle est extrêmement encourageante en France. Plusieurs industriels ou plusieurs collectivités sont déjà fortement impliqués.

Comment les industriels C2C collaborent-ils ?

C2C : Une communauté de valeurs

Les industriels trouvent un intérêt naturel à se constituer en clusters afin de partager leurs déchets/matières premières et à constituer une force de marché pour encourager leur fournisseurs à trouver des solutions innovantes (ex : trouver des alternatives à des substances toxiques). Cela permet de travailler en interdépendance, de développer des partenariats innovants et nouveaux, voire de découvrir de nouveaux modèles économiques qui soient bon pour l’entreprise et la planète.

Quelles sont les étapes principales d’un projet de développement C2C ?

C2C : Transformer le système de production de l’intérieur

Les principales étapes sont :

  • L’analyse des potentiels de développement du produit,
  • L’étude d’une filière de recyclage technique ou biologique,
  • La définition d’une stratégie marketing et de communication capable d’assurer la promotion de l’écoproduit au sein de l’entreprise et du grand public, et l’étude d’un nouveau modèle économique,
  • Des analyses de toxicité des constituants avec identification de substituts porteurs d’impacts bénéfiques (ou au moins inoffensifs),
  • Des bilans énergétiques, d’émission de CO2 et de consommation en eau des circuits logistiques et de production,
  • Des analyses d’impacts environnementaux et sociaux,
  • Des recherches de matières innovantes pour la fermeture de cycles biologiques ou techniques au niveau du produit et son emballage.

Quelles sont les difficultés généralement rencontrées ?

C2C : Une nouvelle culture d’entreprise

Avec C2C, les principales difficultés concernent généralement :

  • L’existence ou l’invention de substituts qui répondent au cahier des charges C2C quand les composants actuels n’y obéissent pas; c’est typiquement de l’éco-innovation et, comme toute innovation, ce n’est pas toujours évident quand on considère les impacts sur toute la chaîne de production,
  • La mise en place de filières de collecte efficaces puisque l’industriel veut récupérer ses déchets qui sont une source d’économie et ont donc de la valeur. C’est fondamental pour que les équations économiques restent équilibrées et que le C2C n’induisent pas ou peu de surcoût,
  • L’implication des fournisseurs, par exemple pour fournir de nouvelles matières ou les auxiliaires de chimie associés (ex : teintures, stabilisateurs, …) qui soient compatibles C2C,
  • L’implication de l’ensemble du personnel de l’entreprise c’est à dire la R&D, la production mais aussi le marketing et la communication car un projet C2C n’est pas juste un « one shot », c’est un projet d’entreprise, une nouvelle culture d’entreprise et une nouvelle posture individuelle basée sur la créativité, l’ouverture, la collaboration et la conviction d’être un acteur positif pour son entreprise, la planète et les générations futures.

Processus de certification

c2c_pie_chart

Des milliers de produits de plusieurs centaines d’entreprises sont certifiés  »Basique », « Bronze », « Argent » ou « Or »  dans tous les domaines (textile, bâtiment, mobilier de bureau, …).

Capture d’écran 2016-02-20 à 22.11.53

 

Source : C2CPII (Janvier 2016)

Les critères de certification couvrent 5 domaines :

  • Toxicité des matières utilisées
  • Réutilisation des matières
  • Energie
  • Eau
  • Responsabilité sociale.

bronze_product_scorecard

Tout les informations sont disponibles sur : C2Ccertified.org.

 contact